8 mars 2019 Marie-Lou

Le grand livre des curiosités de la langue française

Gildas Tromeur, ancien professeur, a commis en mai 2018 une petite merveille littéraire aux Editions de l’Opportun, Le grand livre des curiosités de la langue française.

Croisé au hasard d’un salon mercantile à souhait, cet opus annonce une couleur réjouissante : « la langue française est pleine de surprises & de mystères ». Ouf, on est sauvés !

Le lecteur s’y délecte des jeux proposés soit avec la prononciation des mots, soit avec leur écriture ou encore sur le sens des mots. La syntaxe, la morphologie & l’étymologie ne sont pas en reste et le mot est à la fête.

Si tout est bon dans ce livre, notre attention est captée par les pages sur les mots autologiques (cf. p.44-45) :

-Les mots quoi ?

-Autologiques, pardi…

-Auto, quuuuuuuuoi ?

-Logiques ! Mais rien à voir avec un concept-car ou un logiciel

-De quoi parle-t-on alors ?

« Un mot est autologique quand il est ce qu’il dit », nous éclaire l’auteur.

Les latins disaient exempli gratia, voici quelques illustrations : masculin est autologique car il est lui-même un terme masculin, bref (est un mot …bref), horizontal (est horizontal), pluriels, accentué.

Si vous suivez l’auteur (et votre serviteur), long n’est pas autologique mais hétérologique.

L’exploration & le jeu sont infinis car Gildas Tromeur sur-enchérit et nous apprend que l’adjectif long transformé par son auteur en looooooooooooooonnnng devient autologique à l’instar d’un oblique réécrit en :

O

  B

    L

      I

        Q

          U

            E

L’esprit divague et rêve à Appolinaire & Mallarmé