17 septembre 2020 Marie-Lou

#NAMIBIE LA WEEKLIE – 17/09

Depuis #MeToo, #Balancetonporc, #Balancetonrappeur, #Lundi14Septembre (France Inter 14/09/20) le grand public se plait à dire que la parole se libère. Chez Namibie, on soutient la parole libérée et on s’est demandées ce que cette expression disait de nous.

Par définition (Larousse), la parole est la faculté de s’exprimer par le langage articulé. C’est une action profondément humaine mais dont la liberté ne semble pas aller de soi, et on comprend pourquoi : dire c’est matérialiser (Namibie Weeklie – 10/09). À la vue de ces hashtags, on ne peut s’empêcher de penser que les réseaux sociaux ont développé un nouveau registre d’expression : plus direct, plus cru, sans détour. Ça va de soi, l’activité en ligne est permanente et la course à la visibilité pousse à une plus grande recherche d’efficacité. En 2020, on s’allège des formalités old-school qui nous pèsent pour dire notre monde tel qu’il est. Désormais, la tonalité digitale est un cri du coeur qui ne passe pas par quatre chemins. À ce sujet, Michaël Foessel, philosophe, parlait de « brutalisation des discours » dans l’ADN Magazine (04/20). Le hashtag, c’est donc la vraie voix des vrais gens qui fait émerger une expression quotidienne plus authentique et résililente. Un tournant qui a de quoi donner un coup de vieux aux entreprises d’hier qui communiquent comme avant-hier. À la question peut-on combiner sincérité et communication d’entreprise ? (Les Echos 14/09/20), la réponse est oui. Mais seulement si l’entreprise parle avec toute son humanité, sans lisser ses traits, sans se calquer indéfiniment sur ce-qui-est-cool-en-ce-moment. Pour aller plus loin, on vous invite à lire cette étude (WeAreCom 09/20) qui présente les caractéristiques d’une communication perçue comme sincère pour les Français.

Il s’en est donc passé des choses depuis l’expression d’hier jusqu’à celle d’aujourd’hui. Si la parole se libère, elle n’en reste pas moins difficile à libérer, en témoigne la sortie du podcast Fracas (production Louie Media) qui explore notre rapport à la parole. Aussi, on vous conseille vivement d’écouter ComingOut (production Spotify) un podcast qui donne la parole à des personnalités qui racontent leur coming-out, une autre expression intéressante… Les podcasts engagés ouvrent de nouvelles voies à la parole libérée et tissent des liens de plus en plus solides avec leurs auditeur.ice.s. C’est dans cette mesure que le studio Nouvelles Écoutes (La Lettre 28/09/2020) a récemment revu l’ensemble de son identité visuelle. Une nouvelle identité qui fait le pont entre le matériel historique des radios d’hier et les moyens infinis des podcasts d’aujourd’hui.

De parler d’hier et d’aujourd’hui, ça nous fait penser à la nouvelle identité de l’Armée de l’Air (Le Point du 19/09/2020). Un logotype et un renaming qui nous présente une marque qui n’oublie pas ses origines mais qui les transcende pour coller avec ses activités contemporaines : la découverte de l’espace (rien que ça). Dans la continuité de cette approche vers-l’infini-et-au-delà, l’application de rencontre Tinder (RTL 11/09/2020) lance une mini-série interactive à destination de ses utilisateur.ice.s. Une campagne qui reprend le principe phare de la marque : le swipe, comme un fil rouge de tous ses leviers d’expression. Super, les gestes parlent aussi !

À la semaine prochaine !

💚

,